Baguette rutile pour soudure INOX

Il y a 5 produits dans la catégorie Baguette rutile pour soudure INOX.
❰❰ Retour à la catégorie parente

Baguette rutile pour soudure INOX

Le soudage à l'arc avec électrodes enrobées est un procédé de soudage très répandu et très flexible. En effet, le procédé peut être appliqué pour tous les aciers inoxydables soudables, et ce, dans un large domaine d'application. Avec au minimum 10,5 % de chrome, la teneur relativement élevée en chrome rend les aciers inoxydables cependant très oxydables, une fois à l’état fondu. En particulier, un défaut de protection vis-à-vis de l’action de l’air ambiant, lors du soudage, se traduit d’abord par une perte en chrome et par la formation d’oxydes compromettant la compacité et la résistance à la corrosion du cordon de soudure. C’est pour cette raison que le soudage à l'arc avec électrodes enrobées permet d’obtenir une qualité de travail exceptionnelle lorsqu’il s’agit de soudure Inox.

 

Des baguettes performantes pour un soudage Inox de qualité

La baguette rutile est un élément essentiel à ce procédé de soudage de l’Inox. Nous vous proposons des baguettes rutiles pour soudure Inox possédant une très grande polyvalence afin d'assembler tous types d'aciers inoxydables. La fusion est douce et rapide pour un très beau laitier en finalité. Certaines baguettes inox sont sur une base rutilo-basique, elles sont très adaptées à la soudure d'aciers plaqués.

Nos baguettes pour soudure Inox offrent toutes une bonne résistance face à la corrosion ainsi qu'aux températures extrêmes. Les propriétés de la baguette se combinent à la protection pendant l’opération de soudage, la protection ayant pour rôle de limiter ou de supprimer l’oxydation superficielle du cordon de soudure et de ses abords (décrassage, décapage, polissage…), et rend ainsi plus faciles les opérations de finition de surface au niveau de la soudure permettant un rendu fort appréciable.

Vous pouvez découvrir sur notre page une large gamme d’électrodes de soudure inox.

 

L’inox, un matériau du quotidien

Qu’il s’agit d’ustensiles de cuisine, d’outillages divers, de matériels de transport, des équipements industriels, mais aussi des différents matériels pour la médecine et divers autres objets usuels… l’acier inoxydable, inox dans le langage courant, est devenu indispensable dans de nombreux domaines.

De par leur composition, les aciers inoxydables ne sont pas, ou peu, soumis à la corrosion et l’oxydation. Ils sont donc beaucoup plus résistants que des aciers standards. L’acier inoxydable se compose d’un alliage d’acier, avec au minimum 1,2 % de carbone, et de plus de 10,5 % de chrome. Cet alliage a la propriété particulière d’être peu sensible à la corrosion et de ne pas se dégrader en rouille. Le fait qu’il y ait plus de 10,5 % de chrome dans l’alliage provoque la formation d’une couche protectrice d’oxyde de chrome qui rend ainsi l’acier inoxydable.

Par ailleurs, la propriété de non-corrosion de l'acier inoxydable provient de l'oxydation naturelle de la surface de l'alliage. Bien qu'extrêmement mince, la pellicule protectrice qui se forme à la surface adhère fortement ; elle est chimiquement stable (c'est-à-dire passive) dans un environnement qui lui procure suffisamment d'oxygène. La clé de la durabilité et de la non-corrosion de l'acier inoxydable tient à ceci : même si elle est endommagée, la pellicule se réparera d'elle-même à condition d'être en contact avec l'oxygène. Contrairement à d'autres types d'acier qui souffrent de corrosion sur de grandes surfaces, l'acier inoxydable, par son état de « passivité », est naturellement résistant à la corrosion.

Cependant, l'acier inoxydable ne peut être considéré comme « indestructible ». Son état de passivité peut être rompu dans certaines conditions, ce qui pourrait alors occasionner de la corrosion, et c’est justement le cas lors de la soudure de l’acier inoxydable si des précautions particulières ne sont pas respectées, mais également si on ne dispose pas des équipements et accessoires appropriés.

 

La baguette rutile, idéale pour le soudage de l’inox

Il existe un large assortiment d'électrodes de telle sorte qu'un type approprié d'électrodes est disponible pour chaque type d'acier inoxydable. Les baguettes de soudage les plus appliquées pour l'acier inoxydable sont réparties sur base de leur enrobage : basique et rutile.

Cependant, l’électrode rutile est le plus prisée par rapport à l’électrode basique pour de nombreuses raisons. La baguette rutile reste très facile d'emploi à plat ou en utilisation toutes positions. Elle permet un dépôt d'un très bel aspect. Le laitier particulièrement facile à enlever par la suite. La fusion est homogène et linéaire. L'étalement du cordon de soudure reste toujours fluide et bien régulier. Elle présente de très bonnes caractéristiques mécaniques. Pour ce qui est de la baguette basique, elle présente un hydrogène diffusible très inférieur. Certes, cela diminue considérablement les risques de fissuration à froid et le métal déposé est de haute pureté. Cependant, la maniabilité de ces types d’électrodes est plus délicate. Elle demande plus de dextérité de la part du soudeur en raison de la nécessité d'adopter un arc plus court.

La baguette rutile correspond alors à des besoins beaucoup plus larges. Elle s'utilise pour différents travaux d'assemblage sur les aciers inoxydables. Elle demeure très facile d'emploi sans projections intempestives. Elle est parfaitement adaptée au domaine de la métallerie, serrurerie ou chaudronnerie.

L’électrode rutile donne un cordon de soudure d'un très bel aspect en assemblage à plat ou en angle. Sur notre page, vous trouverez un large choix de baguettes adaptées pour le soudage de l’inox, afin de ne pas vous tromper. Nous vous proposons les marques répondant parfaitement aux réglementations et normes en vigueur. Ce sont des électrodes enrobées de fabrication européenne de manière à disposer d'un enrobage de meilleure qualité. Nous accordons une importance particulière à la qualité de tous nos produits pour que chacun puisse réaliser de belles soudures résistantes et irréprochables. Vous trouverez différents métaux d'apport tels que : électrodes enrobées pour le soudage de l'acier inoxydable austénitique (avec ou sans molybdène), l'acier inoxydable duplex ou pour les assemblages hétérogènes (acier inoxydable à l'acier au carbone). Selon la position de soudage, vous pouvez opter pour des électrodes à haut rendement ou des électrodes pour toutes positions.

Vous trouverez dans le tableau qui suit certaines valeurs typiques pour le soudage des aciers inoxydables et selon la position de soudage.

Baguettes

Diamètre (Millimètre)

Tension (Volt)

Courant (Ampère)

A plat

Vertical montant

Au plafond

Rutile-acide

1,6

26 -30

30 – 50

30 – 40

35 – 45

2,0

35 – 60

35 – 50

40 – 50

2,5

50 – 80

50 – 60

60 – 70

3,25

80 – 120

80 – 95

95 – 105

4,0

100 – 160

-

-

5,0

160 – 220

-

-

Rutile

2,0

22 – 24

35 – 55

35 – 40

40 – 50

2,5

50 – 75

50 – 60

60 – 70

3,25

70 – 110

70 – 80

95 – 105

4,0

100 – 150

100 – 120

120 – 135

5,0

140 – 190

-

-

 

 

Le soudage des aciers inoxydables

Le travail de l’inox n’est pas plus complexe que celui des autres aciers, il est différent. Les paramètres de soudage et les matériaux d’apport doivent être choisis en fonction de la nuance. Il faut noter que la soudabilité des aciers inoxydables est excellente et leur soudage sur chantier, même si la mise en œuvre en atelier est préférable, reste parfaitement possible. L’enlèvement des colorations dans la zone de soudure et dans la zone thermiquement affectée est néanmoins important pour s’assurer que la résistance à la corrosion du joint soudé soit équivalente à celle du matériau de base.

Ainsi, pour le soudage de l’inox, il faut protéger la zone en cours de soudage de l’oxygène ambiant. Il faut protéger la zone de soudage de l’oxygène ambiant. Pour cela on pratique généralement un soudage sous protection de gaz inerte pour éviter la formation d’oxydes de chrome, qui entraînera localement une baisse de la concentration en chrome et diminuera localement sa résistance à la corrosion.

Il faut également noter que les baguettes rutiles permettent le soudage dans toutes les positions possibles. Il existe quatre positions principales de soudure : à plat qui est la plus facile, en corniche ( car la pièce est verticale, mais la soudure est horizontale), verticale montante ou descendante et enfin au plafond qui est la plus difficile puisque vous êtes sous la pièce. Ces positions demandent un peu d'expérience afin d'acquérir les concepts de bases pour un bon résultat.

Selon la nature de l’Inox, certaines précautions sont à prendre

Les aciers inoxydables peuvent se segmenter par famille selon leur composition chimique  notamment la teneur en chrome, en nickel et en d’autres éléments, selon leur structure cristalline et selon également leur principale propriété d’utilisation telle que le caractère réfractaire, la résistance à la corrosion...

Ainsi, il y a plus d’une centaine de catégories d'aciers inoxydables, mais certaines familles sont les plus courantes. On peut citer alors entre autres les aciers inoxydables martensitiques, les aciers inoxydables austénitiques, les aciers inoxydables ferritiques et les aciers inoxydables austéno-ferritiques, ces derniers sont le plus souvent appelés aciers duplex.

Les aciers inoxydables martensitiques

Cette famille regroupe les aciers contenant de 12 à 18 % de chrome, de teneur en carbone assez élevée (jusqu’à 1,2 %). Ils présentent une résistance à la corrosion modérée, un allongement à la rupture faible et des caractéristiques mécaniques élevées.

Lors de leur soudage, ces types d’acier inoxydable présentent un haut risque de fissure à froid, un préchauffage des pièces est incontournable avant l’opération, et maintenir une température de 500 °C à 700 °C après soudage augmente la robustesse des parties soudées tout en diminuant les tensions. Par ailleurs, il faut assécher les électrodes avant l'usage et ne pas utiliser les gaz contenant de l'hydrogène.

Les aciers inoxydables austénitiques

Ce sont les aciers inoxydables de la série 300 ASTM, ils contiennent du chrome (généralement de 18 %) et du nickel (le plus souvent de 8 à 10 %), leur structure est austénitique à température ambiante. Ils allient une facilité de mise en œuvre avec une grande aptitude à la déformation et une résistance à la corrosion satisfaisante dans de très nombreux milieux.

Pour le soudage des aciers austénitiques, le préchauffage des pièces n’est pas conseillé. La zone de soudage doit également être absolument très propre pour éviter toute pénétration d’éléments qui pourraient causer la fissure à chaud.

Les aciers inoxydables ferritiques

Les aciers inoxydables ferritiques sont ceux de la série 400 ASTM. Ils sont de faible teneur en carbone (moins de 0,1 %) et la structure est donc ferritique. Leur résistance à la corrosion s’améliore avec l’augmentation de la teneur en chrome. Les ferritiques disposent de bonnes caractéristiques mécaniques. Leur limite d’élasticité est plus importante que celle des austénitiques.

Les différents problèmes inhérents au soudage des aciers inoxydables ferritiques se résument à ce qui suit : susceptibilité à la fissuration à froid, chute de ductilité, fissuration et fragilisation à chaud, détérioration de résistance à la corrosion. Les métaux de base doivent être soudés soit avec des métaux d’apport stabilisés et/ou contenant un taux de carbone très faible afin de minimiser les risques de sensibilisation. Le préchauffage et le post-chauffage ne s’avèrent pas toujours nécessaires, mais puisque la chaleur conduit au grossissement des grains et ralentit le refroidissement, ce qui peut mener à la précipitation de phases intergranulaires, un préchauffage avec une température interpasse de 150-200 °C est recommandé.

Les aciers inoxydables austéno-ferritiques

Les aciers inoxydables austéno-ferritiques ou encore aciers duplex présentent des parts de ferrite et d’austénite sensiblement voisines. Les caractéristiques mécaniques sont plus élevées que celles des aciers inoxydables austénitiques ou ferritiques, tout en gardant un allongement à la rupture voisin de 40 %.

Les produits d’apport devront être choisis de manière à obtenir un métal fondu austéno-ferritique dont la proportion de ferrite/austénite reste la même que celle du métal de base. Les produits d’apport auront la même composition que le métal de base avec en plus 2 à 3 % de Nickel ou de l’Azote pour reformer l’austénite. Le métal d’apport le plus courant est composé de 22 % de Chrome, 9 % de Nickel et 3 % de Molybdène. Ce métal d’apport contient de l’azote qui est gammagénisant, ou austénisant.

Le préchauffage est formellement déconseillé, car cela entrainerait une formation de criques ou un phénomène de précipitation de carbures de chrome aux joints des grains.

On utilise des électrodes rutiles de petits diamètres, sous faible intensité pour réduire l’échauffement du métal de base. La température entre les passes aux abords du joint ne devra pas excéder 150 °C.

 

Les conseils de nos experts

Les pièces à assembler doivent être bien nettoyées, afin d’éliminer les traces d’oxydes, mais également pour les empêcher de se former. Pour cela, utilisez une brosse métallique et brossez toute la surface de chaque pièce pour enlever les inégalités en plus des traces d'oxydation. Il est conseillé de porter des gants pour éviter de salir la surface polie avec de la graisse sur les doigts.

Si les pièces en inox que vous allez souder sont particulièrement épaisses, ou conçues en acier riche en carbone (du type martensitique ou ferritique), il est nécessaire de préchauffer celles-ci pour les porter à température ambiante. Pour une pièce en acier austénitique, vous n’avez pas besoin de préchauffage.

Une fois que les pièces sont bien immobilisées, monter la baguette dans le porte-électrode, en tournant la poignée pour l’immobiliser. Réglez ensuite l’intensité du soudage et réalisez le soudage. Après, vous pouvez enlever les bavures de soudure en vous servant du burin. Pour obtenir une bonne soudure, vous pouvez bouger la source de chaleur à vitesse constante, dans le but d’obtenir un chauffage uniforme sur la totalité de la soudure.

Pour une meilleure finition, n'hésitez pas à effectuer un ponçage de vos soudures avec un papier abrasif non métallique. Attention à ne pas prendre du papier de verre, celui-ci pourrait être responsable avec le temps de la rouille de votre soudure.

 

 

 

 

 

garanti poste à souder
Fermer

Une question avant de commander ou concernant votre commande ?
Nous répondons 7jours/7 !
Vous pouvez également nous joindre par téléphone au : 02 97 80 78 91 (appel non surtaxé)




comment acheter un poste à souder

Lettre d'informations

Restez informé de nos nouveautés, nos promotions..

Fermer

Vous avez ajouté ce produit dans votre panier.

Continuer ma visite Commander
Afficher mon panier